Quelles réflexions sur les retombées économiques du patrimoine : pour une valorisation des gravures rupestres d’Ait Ouaazik

  • Dr. Mustapha Faouzi Directeur de l’ANDZOA, Zagora

Resumo

Les gravures rupestres d’Aït Ouaazik sont parmi les plus connus du Sud marocain. Elles se trouvent à 70km de route au nord de Zagora, région Draa Tafilalet (Maroc). Le village est situé dans une oasis dans le bassin de Maider, près de Tazzarine. Ces pétroglyphes dateraient du Néolithique. A cette époque la région Aït Ouaazik était une steppe.. Ces musées à ciel ouvert sont en grande partie méconnus, mais ceux dont le public a connaissance souffrent aujourd’hui de dégradations : climat et vandalisme. «Les aires rupestres marocaines sont d’accès libre et aucun droit de visite n’est acquitté par personne. Ce patrimoine aura des retombées économiques directes et indirectes s’il est valorisé. Et par conséquent, l’amélioration des conditions de vie de la population locale qui sera prise en compte dans l’exploitation et la valorisation du site. En effet, s’approprier le patrimoine par sauvegarde d’abord, la réhabilitation et également le plaidoyer pour son rayonnement. C’est dans ce sens que l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), dans le cadre du projet d’adaptation aux changements climatiques (PACCZO) compte avec tous les acteurs locaux, à entamer des mesures pour réhabiliter ce site afin de drainer des ressources à cette localité en soutenant des initiatives locales au profit des jeunes et des femmes dans les secteurs de l’agriculture, le tourisme, la culture et l’artisanat.

Downloads

Não há dados estatísticos.
Publicado
2019-02-20
Edição
Secção
Artigos